• Féroce / Jean-François Chabas (Casterman)

                Album jeunesse à partir de 6 ans, Féroce nous téléporte avec lui dans une forêt sombre et mystérieuse à la rencontre de ce loup né avec la mauvaise couleur dans la mauvaise famille. Rejeté par tout le monde à commencer par les siens, le jeune Fenris devient peu à peu Féroce, le loup rouge redouté de tous. Il grandit et hante la forêt jusqu’à découvrir un jour une jeune humaine qui n’a pas peur de lui.

                Portés par des illustrations sombres et colorées à la fois, Féroce est un petit conte qui prône la tolérance et l’acceptation de soi, comment, lorsque l’on rencontre la bonne personne on voit qui elle est et non pas sa simple apparence physique.

     

    Diamant Brut / Beth Ditto (Michel Lafont)

                Icône phare du groupe Gossip, Beth Ditto a sorti fin 2012 son autobiographie. Elle est jeune ! Crieront certains. Mais l’expérience n’attends pas l’âge et d’autres diront qu’elle a d’ores et déjà vécu plus que la plupart  ne le ferait dans une vie entière. Mais revenons à nos moutons ou plutôt à ceux de Beth. Dans ce livre elle nous livre sans fard et sans langue de bois son enfance dans un Arkansas aux mœurs quelques peu étranges (incestes, abus sexuels et compagnie), ses tâtonnements amoureux, la recherche de sa sexualité et sa rencontre avec Nathan Howdeshell et Kathy Mendonca, amis et membres fondateurs du futur groupe Gossip.

                Un témoignage en forme de poing levé : amer vous tels que vous êtes et rien ne pourra jamais vous empêcher d’atteindre les buts que vous vous serez fixé. Un bien beau message porté par une des icônes de ces dernières années.

     

     Borgen Saison 1 / Adam Price (Arte Editions)

                Série danoise diffusée sur Arte depuis le debut 2012, Borgen (surnom donné au  parlement Danois) dresse le portrait de Birgitte Nyborg, chef du parti Centriste qui devient Premier Ministre. Au fil des épisodes se distille la vile tentation du pouvoir, de ce que les Hommes seraient prêts à faire pour l’obtenir et plus encore pour le garder. Et au centre de ce maelström se trouve Birgitte qui se retrouve à déchirée entre son engagement politique et une vie familiale difficile à gérer.

                Rares sont les séries politiques à être aussi proche d’une réalité dont bien souvent on ignore tout des rouages internes et – si c’est un peu embelli tout de même – cela a le mérite d’être traité d’une manière concrète et crédible. Et plus encore de venir d’un pays dont les séries s’exportent peu. En ça elle mérite qu’on lui tire notre chapeau. Et pour ceux qui seraient encore sceptiques, laissez moi vous dire que je me suis laissée emportée par l’histoire et les intrigues politiques alors que je suis tout sauf férue de ça.

     

    Le Livre de toutes les heures / Hal Duncan (Folio SF)

                « Depuis des temps immémoriaux, le trône de Dieu est vacant. Ses anges et tous ceux dont le sang se charge d’une parcelle de divin, les Amortels, se sont divisés en deux clans : les Souverains et l’Alliance. Le conflit qui les oppose s’étend à tout le Vélum, ce tissu de mondes en comparaison duquel notre Terre n’est qu’une trace de crasse sous l’ongle d’un pouce. Pour Phreedom Messenger, qui recherche son frère, Thomas, et refuse de choisir un camp, le temps est compté car la guerre des Cieux sera bientôt totale. »

                Avec ce résumé, vous vous dites sûrement que ce livre n’est – encore - qu’un énième livre sur les anges (comme c’est un peu trop le genre ces derniers temps) mais en fait non. Loin du genre Fantastique ce diptyque est purement et simplement de la science-fiction, une espèce d’immense voyage dans le temps oserai-je même dire. Mais difficile de poser des normes à une œuvre d’une telle densité. La meilleure clé que je peux vous donner pour la lire est : laissez vous portez, tout comme les sables mouvants ne cherchez pas à vous débattre. Et promit avec Le livre de toutes les heures vous ne mourrez pas … Du moins, pas dans cet univers là ….

     

    Chair de poule / Deborah Forte ( Showshank Films)

        Chair de Poule est une série tirée des livres jeunesse de R.L. Stine qui est l’Auteur (avec un grand A) numéro 1 des livres d’épouvante pour les ados ! Plus d’uns on eut leur jeunesse bercée par ses livres et aussi par la série qui en a été tirée. Tout comme les romans, les épisodes se voient d’une manière indépendante et mettent tous en avant un enfant qui a entre 8 et 14ans. Si désormais la série date un peu (1997), le contenu en revanche ne vieillit pas et il est toujours bon se jouer à se faire peur.


    votre commentaire
  •  

    De l’importance d’une bonne musique

     

     

                C’est bien connu, parfois dans tous les films que l’on voit, on ne se souvient plus que d’une chose : sa musique. Cette bande son qui, bien qu’innocente suffit parfois à nous tirer les larmes, nous faire rire ou nous faire danser sur nos sièges. C’est parfois elle qui fait tout le crédit du film (pensez aux comédies musicales) ou bien qui l’occulte totalement. Laissez-moi vous présenter quatre bandes originales qu’il vous faudra un jour écouter dans votre vie sous peine de l’avoir ratée. Oui, rien que ça. Mais bon ce n’est pas grave, personne n’est parfait, on vous aimera quand même !

     

                « This must be the place »- de Sean Penn

                Première de la série, cette bande originale tout en douceur et en délicatesse vous permettra d’aborder la vie comme elle est : lente et mélancolique par moment, suave et romanesque par d’autre. Pas besoin de se précipiter, il faut savoir se poser et observer au rythme d’une voix qui nous bercera. Elle illustre alors très bien ce film qui bien que contemplatif ne vous ennuiera à aucun moment. Sûrement du au charisme d’un Sean Penn méconnaissable mais pourtant attachant dans son rôle de rock star âgée et usée par son passé.

     

                « La reine des damnés » - de Michael Rymer

                Passons à une bande son qui rock, qui bouge et qui nous entraine dans les griffes des ténèbres d’un rock gothique et sulfureux comme peuvent l’être les vampires de la très célèbre Anne Rice. Musique d’une génération, plus d’un se retrouveront dans les octaves graves d’un Marilyn Manson ou d’un Jay Gordon. Ici ce que l’on retient c’est cette sensualité sombre et tentatrice, reflet unique d’un conte porté à l’écran et réinterprété à l’image du mythique personnage de Lestat, vampire impie et plein d’un besoin d’exister à travers sa mort.

     

                « Rocknrolla » - de Guy Ritchie

                Du rock encore ! Mais plus dynamique, plus vivant et tellement rafraichissant ! Porté par des classiques du genre (The Clash) ou bien par des découvertes complètement incongrues (Sektor Gaza), ce film pleins d’humour  et d’action vous fera oublier pendant un moment que votre vie est un peu terne et que dehors il pleut. Et la musique fait tellement bien son effet que vous la garderez pendant un bon moment en tête et que vous vous surprendrez encore à la fredonner lorsque vous n’y ferez pas attention. C’est un bon signe non ?

     

                « Good morning England »– de Richard Curtis

                Influences plus diverses mais toutes tournées vers un seul but : le rock des années 60. Une bonne compilation de musiques qui sont passées, passent et passeront encore dans des années, des tubes inédits et inoubliables de groupes qui ont fait bouger la Grande Bretagne malgré leur interdiction. C’est frais, plein de bonne humeur et, comme le film, ça nous donne envie de nous mettre à danser sur le pont d’un bateau dans des pantalons pattes d’ef  et chemises aux couleurs flashy.

     

                Voilà, si avec tout ça, vous restez encore à écouter ce qu’il passe à la radio, je ne peux plus rien faire pour vous ! Mais en attendant, prêtez sans cesse l’oreille à ce qu’il se joue dans les films que vous regardez, parmi le nombre de musique banales se cache souvent quelques petites qui vous réjouiront les oreilles !

                


    votre commentaire
  • james

        Titre : Cinquante nuances de Grey

        Auteur : E.L. James

        Edition : JC Lattès

        Nombre de Pages : 560 pages

        Genre : Roman - Harlequin

        Prix : 17 €

        

     

    Note de l'éditeur : 

           Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. 


    Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. 

    Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets… 

     

    Avis Personnel :

                   Beaucoup, beaucoup de bruit autour de la sortie de ce bouquin. Pourquoi ? C'est ce que j'ai voulu savoir.

    Dés les premières lignes le style narratif est ... Amateur. On sent que l'auteur écrit comme elle parle ou pense et nous donne l'effet de lire un blog ou bien un journal intime d'une adolescente. Sûrement est-ce du au personnage principal qui donne le point de vue au livre. Bref. C'est un peu dur et un peu amateur. 

    Cependant, si on s'accroche et si on persiste on arrive peu à peu a oublier ou du moins à passer outre ce sentiment. 

                    La partie qui a fait le buzz concerne la part plus ou moins omniprésente de sexe qui - ô mon dieu - franchit les tabou du sado masochisme. Pour ma part je n'ai pas trouvé ça révolutionnaire. Un peu corsé mais ni plus ni moins que du sexe. De ce côté là je ne comprends pas vraiment l'engouement. Mais il faut avouer que cela ouvre un univers jusque là inconnu car considéré comme tabou et que cela m'intrigue au plus haut point. Cependant de mon humble avis, le sujet a été abordé d'une manière quelque peu maladroite car certaines scènes et le caractère du personnage de Christian donnent parfois à penser qu'il compte juste la frapper d'une manière que moi je considère comme de la violence conjugale.Cet élément, cette sensation latente à gêné ma lecture. 

    Malgrè tout et à mon grand étonnement, ce fut une lecture distrayante et oui, j'ai envie de lire la suite. Le but est donc accompli ! 

    Note :  6/10


    votre commentaire
  • Novembre est là, l’hiver est à nos portes et les jours raccourcissent de plus en plus. Votre taux de vitamine D est au plus bas depuis que le Soleil a décidé d’aller passé l’hiver loin de nos contrées, faisons nous une raison notre taux de mélanine va descendre de plus en plus dans les jours qui arrivent – sauf si vous êtes adeptes de produits miracles en tout genre. Pour contrer l’effet néfaste de l’hiver sur notre moral, je vous propose une petite sélection de musique qui va vous donner la patate de bon matin et ce avant de prendre les transports en commun.

     

                « El Camino »- de The Black Keys

                Commençons vite et fort avec le groupe The Black Keys et son cultissime « El Camino ». Si vous ne situez pas bien la musique, allez sur votre site d’écoute préféré et cherchez la chanson « Lonely Boy ». Voilà, vous situez enfin, la radio vous inonde de cette chanson depuis quelques mois et laissez moi vous dire que l’album est tout aussi survitaminé ! Idéal au saut du lit où entre deux tartines, « El Camino » pavera votre journée d’une bonne couche de pep’s.

     

                « Deleted Scenes From The Cutting Room Floor » - de Caro Emerald

                Teintées d’inspirations rétro, Caro Emerald nous amène avec son album dans un voyage dans les années 50 et ses dancings jazzy. D’une voix suave et impertinente, elle nous invite à se poser, profiter de la musique et se laisser guider par le rythme électro d’un piano électrique couplé à la résonance grave d’une contrebasse.

     

                « He Who Travel Far »- de Hanggai

                Passé le début de journée sur les chapeaux de roues, il est bon de se détendre un peu avec une musique dépaysante et qui vous portera aux confins du continent Asiatique dans la mystérieuse Mongolie. Hanggai est un groupe qui a réussit à dépasser les frontières pour se faire connaître mondialement et nous offre avec cet album une bouffée d’air frais et de liberté aux sonorités atypiques et aux voix à la modulation fascinante.

     

                "Can Be Late"– de Skip the Use

                Skip The Use où LE remède à la morosité et au mauvais temps ! Un groupe qui se démarque et qui n'a pas finit de grimper toujours plus haut. Allez, lancez la musique, enfoncez vos écouteurs dans vos oreilles et fermez les yeux. Voila, les premiers accords s'enchaînent et le sourit fleurit sur vos lèvre. C'est ça qui est recherché : la joie, la bonne humeur et une énergie qui fourmillera en vous encore longtemps après que ce soit finit.

     

                « Like a Monkey » - de Sfonx

                Un peu de ci, un peu de ça, dans les multiples recettes de cocktail détonnant, Sfonx est de ceux qui sont fait à partir de groovy, de funk et de rocknroll saupoudré de beaucoup beaucoup de bonne humeur. A bien secouer, bien mélanger et lorsque vous écoutez c’est toute cette variation qui vient vous chatouiller les tympans et vous faire bouger votre corps ou au minimum votre tête. A écouter sans modération avant, pendant, après le repas où même à n’importe quel moment de la journée où on a un petit coup de mou ! 

     

               

                Voila, votre playlist habituelle est désormais garnie de multiples nouveaux titres et vos oreilles pleines de nouveaux sons et de nouveaux rythmes qui sont désormais gravés dans votre esprit et que vous vous surprendrez de temps en temps à siffloter en souriant voir même à vous déhancher fiévreusement. Ne me remerciez pas, c’était le but de ma mission.


    votre commentaire
  • De temps en temps, je vous proposerai une petite liste de lecture que j'aurai lu au préalable pour vous. Cela peut se faire toutes les semaines, les mois ou de manière plus aléaoire. Pour aujourdh'ui, je vous propose une petite liste de livre qui sont à ranger dans le genre : ROMANCE PARANORMALE

     

    Série Les Highlanders

    - T1 : La Malédiction de l'Elfe Noir

    - T2 : La Rédemption du Berserker

    - T3 : La Tentation de l'Immortel

    - T4 : Une Passion Hors du Temps

    - T5 : Le pacte de McKeltar

    - T6 : La Punition d'Adam Black

    - T7 : La Vengeance de McKeltar

    A nouveau une petite série de livres pas trés compliqués à lire et qui ne prennent pas la tête ! Ayant aimé la série "Fièvre" de l'auteur Karen Marie Moning et appréciant son style d'écriture, c'était avec plaisir et contentement que je me suis lancée dans la série des Highlanders. Pas de regrets malgrès un trait d'écriture qui semble identique au genre même de la romance paranormale : une trame identique, un couple qui s'aime mais qui ne se l'avoue pas, etc. C'est à la fois lassante et plaisant. Le truc c'est que l'on se laisse avoir à chaque fois et que bon, une fois dans le livre finalement, c'est bien étant donnéque les caractères des personnages et les situatins diffèrent quand même. Bref, une série que je recommande et qui se lit assez vite ! 

     

    dante viper styx cezar jagr salvatore


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique